faq active

les défibrillateurs

Qu’est-ce qu’un DAE ?

Un défibrillateur automatisé externe (DAE) est un appareil qui, en délivrant un choc électrique, permet de rétablir l’activité du cœur. Portable, il fonctionne sur batterie et est équipé de deux électrodes à placer sur le thorax de la victime.

Les défibrillateurs automatisés externes sont très simples d’utilisation. Il vous guide vocalement, étape par étape, et garantit une utilisation sans risque.

Leur rôle : délivrer un choc électrique pour permettre au cœur de se remettre à battre efficacement.

  • Ouvrez-le : une voix électronique vous donne les instructions à suivre. Elle vous explique d’abord comment placer les électrodes, sur la peau nue de la victime : l’une doit se situer sous l’aisselle gauche, l’autre sur la poitrine côté droit,
  • l’appareil fait lui-même le diagnostic. Il délivrera le choc si c’est nécessaire, donc pas de risque de se tromper !
  • éloignez-vous du corps de la victime pendant que le défibrillateur vous dit alors d’appuyer sur un bouton pour délivrer le choc (défibrillateur semi-automatique) ou délivre lui-même l’impulsion électrique (défibrillateur automatique).
  • Le défibrillateur va alors vérifier si le cœur est reparti et vous donnera les instructions à suivre.

Quelle est la différence entre un DAE semi-automatique et DAE entièrement automatique ?

Le décret du 4 mai 2007 précise que les appareils externes utilisables par toute personne sont les défibrillateurs entièrement automatiques (DEA) et les défibrillateurs semi-automatiques (DSA).

« Semi-automatique » signifie que l’utilisateur du DAE doit appuyer sur un bouton pour que le choc soit administré. L’utilisateur est ainsi certain que personne d’autre que la victime ne reçoit un choc électrique (personne ne doit toucher la victime au moment du choc). Nos DAE sont semi-automatiques…

Les DAE entièrement automatiques administrent eux-mêmes un choc sans que l’utilisateur ne puisse intervenir.

La nouvelle directive 2010 de l’ERC (Conseil européen de réanimation) recommande une durée ne dépassant pas 5 secondes entre l’arrêt du massage cardiaque et l’administration du choc électrique. La directive en question indique que :

« La durée entre l’arrêt du massage cardiaque et l’administration du choc (la pause pré-choc) doit être réduit à un minimum absolu ; un délai de seulement 5 à 10 secondes réduirait les chances de succès du choc ».

Avec un DAE entièrement automatique, le massage cardiaque est en général interrompu plus longtemps qu’avec un DAE semi-automatique. C’est la raison pour laquelle Care System a choisi de commercialiser uniquement des DAE semi-automatiques.

Tout le monde peut-il utiliser un défibrillateur ?

Par décret, tout le monde peut utiliser un défibrillateur automatisé externe.

Toute personne, même non médecin, est habilitée à utiliser un défibrillateur automatisé externe (…).’Décret du 4/05/2007 – Art. R.6311-15 du code la santé publique.

Ainsi, depuis le 4 mai 2007, chaque citoyen français est autorisé à utiliser un DAE, que ce soit un défibrillateur entièrement automatique ou un défibrillateur semi-automatique. L’intérêt d’utiliser un défibrillateur semi-automatique est qu’il vous permet de contrôler le moment du choc.

Comment fonctionne un défibrillateur ?

Le défibrillateur comporte une batterie ou une pile spéciale lui assurant son autonomie électrique. Ses électrodes que l’on place sur la victime permettent dans un premier temps à l’appareil d’effectuer une analyse de la situation cardiaque. En fonction du résultat de ce test, le défibrillateur détermine la marche à suivre et l’indique au secouriste par un message vocal, des témoins lumineux et/ou un écran d’affichage. Par exemple, l’appareil peut indiquer de délivrer un choc (dont il calcule automatiquement les caractéristiques électriques) ou de commencer une réanimation cardio-pulmonaire. L’analyse de l’activité cardiaque se poursuit à intervalles réguliers par l’intermédiaire des électrodes afin d’adapter les gestes à effectuer.

Si la défibrillation est effectuée rapidement (dans les toutes premières minutes après le début de la fibrillation), on augmente significativement les chances de survie.

Y a-t-il un risque dans l’utilisation de l’appareil ?

Il n’existe pas de risque pour la victime car elle serait de toute façon condamnée si on n’effectuait aucun geste d’urgence. Le défibrillateur détermine automatiquement la nécessité du choc électrique et son intensité. Ainsi, il ne délivrera pas de choc s’il perçoit que le cœur a un fonctionnement ne nécessitant pas ce traitement.

L’humidité excessive (pluie, victime mouillée) ou un environnement métallique (victime sur un échafaudage, etc) peuvent conduire à des difficultés d’ordre électrique : d’une part, le test automatique peut être faussé et, d’autre part, le choc peut être ressenti par les personnes se trouvant à proximité de la victime. C’est pourquoi le défibrillateur ne doit pas être utilisé tant que ces circonstances défavorables ne sont pas éliminées.

Les données médicales enregistrées par l’appareil (résultats du test, nature des chocs délivrés, etc) peuvent être mises immédiatement à disposition des services de secours pour faciliter la prise en charge de la victime.

Faut-il être formé pour utiliser un défibrillateur ?

Par décret, tout le monde peut utiliser un défibrillateur automatisé externe.

« Toute personne, même non médecin, est habilitée à utiliser un défibrillateur automatisé externe (…). » Décret du 4/05/2007 – Art. R.6311-15 du code la santé publique.

Cependant, même si le décret indique que les défibrillateurs externes automatisés peuvent juridiquement être mis en œuvre par « toute personne », il est préférable que les utilisateurs aient reçu une formation pour pouvoir les manipuler efficacement.

Est-il possible d’utiliser un DAE sur une personne utilisant un pacemaker (stimulateur cardiaque) ?

Oui, mais il faut cependant tenir compte du fait que si le pacemaker se trouve directement entre les deux électrodes, cela peut avoir une incidence sur l’efficacité. Par conséquent, si vous savez que le patient porte un pacemaker, vous devez en tenir compte en plaçant les électrodes sous le pacemaker et non au-dessus de celui-ci.

Un défibrillateur peut-il être utilisé sur des enfants ?

En principe tout DAE peut être utilisé sur des enfants de plus de 8 ans et/ou pesant plus de 25 kg. Des électrodes pédiatriques spécialement conçues pour les enfants de 1 à 8 ans sont à utiliser et administrent un choc électrique adapté (50 joules).

Cependant, selon les dernières directives de l’ERC, une défibrillation pourrait être administrée à des enfants entre 1 et 8 ans à l’aide d’un DAE muni d’électrodes adultes. Dans ce cas, la position des électrodes doit être antéro-postérieure, c’est-à-dire une électrode sur la poitrine et une électrode sur le dos à hauteur du cœur.

Pourquoi les électrodes d’un DAE doivent-elles être régulièrement remplacées ?

Les électrodes, quelle que soit la marque du DAE sont à usage unique et doivent, malgré un bon emballage, être remplacées régulièrement. Le gel qui les recouvre et qui assure une bonne conduction électrique, a une durée d’efficacité limitée dans le temps. Au-delà d’une certaine durée, le gel se dessèche et n’assure plus efficacement sa fonction de conduction électrique. Les électrodes de Care System ont une durée de vie de 4 ans.

Quel est l’emplacement le plus approprié ?

Pour être efficace, le défibrillateur doit pouvoir être mis en œuvre très rapidement. Les installateurs préconisent que l’accessibilité permette une intervention sur la victime en moins de trois minutes. On évitera ainsi par exemple de placer le défibrillateur dans un poste de garde éloigné du centre de l’entreprise.

Dans un lieu ouvert au public, il est préférable que l’appareil soit placé sous surveillance, par exemple en l’implantant près de salariés à poste fixe ou dans un boîtier sous alarme.

On favorisera également la proximité avec les lieux où les accidents cardiaques sont les plus probables, par exemple dans un magasin de stockage où de nombreux efforts de manutention sont possibles.

Pour éviter d’endommager les piles et les électrodes, l’appareil doit être placé dans une ambiance thermique qu’il peut accepter. Les fabricants préconisent en général une plage de +5°C à +70°C. Cela peut conduire à placer l’appareil dans un coffret chauffé ou refroidi s’il est implanté à l’extérieur.

Le défibrillateur doit également être placé à proximité de moyens d’alerte (téléphone).

Enfin, il peut être utile d’associer au défibrillateur quelques accessoires facilitant son utilisation : ciseaux pour couper les vêtements de la victime, rasoir pour mieux coller les électrodes sur une personne à forte pilosité, matériel de protection biologique pour le secouriste…

L’emplacement choisi devra être signalisé et les salariés informés.

L’arrêté du 16 août 2010 fixe les modèles graphiques à respecter pour la signalisation des défibrillateurs dans les lieux publics. Quatre panneaux sont ainsi définis : l’un indiquant que l’établissement est équipé, les 3 autres permettant de localiser l’appareil.

Doit-on assurer un entretien périodique ?

La mise en place d’un défibrillateur doit être accompagnée d’une maintenance appropriée. Celle-ci est prévue par le Code de la santé publique, les défibrillateurs étant des dispositifs médicaux. S’ajoute à cette réglementation celle issue du Code du travail lorsque les appareils sont installés en milieu professionnel.

Le code de la santé publique dispose à son article R5212-25 que « l’exploitant veille à la mise en œuvre de la maintenance et des contrôles de qualité prévus pour les dispositifs médicaux qu’il exploite. La maintenance est réalisée soit par le fabricant ou sous sa responsabilité, soit par un fournisseur de tierce maintenance, soit par l’exploitant lui-même ».

L’article R5212-28 du même code précise les dispositions à respecter, portant en particulier sur :

– l’établissement d’un inventaire des appareils,

– la définition d’une organisation de la maintenance,

– le recueil des informations permettant d’apprécier la pertinence des modalités de cette maintenance et de son exécution,

– la tenue d’un registre pour assurer la traçabilité des opérations,

– l’accès aux appareils et informations par les personnes chargées de leur maintenance et contrôle.

Consulter ici l’article R5212-28 en entier

Le code du travail prévoit quant à lui une obligation générale pesant sur l’employeur d’organiser la prévention des risques et les moyens de secours dans son entreprise.

Il précise à son article R4224-17 que « les installations et dispositifs techniques et de sécurité des lieux de travail sont entretenus et vérifiés suivant une périodicité appropriée. Toute défectuosité susceptible d’affecter la santé et la sécurité des travailleurs est éliminée le plus rapidement possible. La périodicité des contrôles et les interventions sont consignées dans un dossier ».

La maintenance des défibrillateurs automatiques externes trouve sa justification principale dans le vieillissement de deux composants essentiels de l’appareil :

– Les défibrillateurs sont dotés d’une ou plusieurs sources électriques pour délivrer l’énergie nécessaire au choc et alimenter un dispositif d’auto-test. Ces piles et/ou batteries doivent être changées périodiquement. Leur durée de vie est variable de un à cinq ans selon leur type, les fabricants et les conditions d’utilisation.

– Avec le temps, le gel de contact qui recouvre les électrodes pour assurer leur conductivité électrique se dessèche (selon les modèles et l’exposition entre 2 et 7 ans), rendant l’ensemble inopérant.

Il est également à noter que les défibrillateurs effectuent automatiquement un test périodique automatique dont les résultats sont stockés sur une mémoire de l’appareil, il est donc nécessaire que l’opération de maintenance permette de relever ces paramètres.

Est-il obligatoire d’équiper les entreprises de défibrillateurs ?

Le code du travail prévoit plusieurs obligations pour le chef d’entreprise en matière de secours. Cela concerne notamment la mise à disposition de « matériel de premiers secours adapté à la nature des risques et facilement accessible ». L’employeur doit également prendre «les mesures nécessaires pour assurer les premiers secours aux accidentés et aux malades. Ces mesures qui sont prises en liaison notamment avec les services de secours d’urgence extérieurs à l’entreprise sont adaptées à la nature des risques. Ces mesures sont consignées dans un document tenu à la disposition de l’inspecteur du travail ».

Contrairement à ce qui existe pour d’autres dispositifs de première intervention (extincteurs…), la réglementation du travail n’impose pas particulièrement le défibrillateur comme moyen de secours. Toutefois, la responsabilité de l’employeur pourrait être engagée en cas d’accident car il doit assurer la santé de ses salariés, en termes de résultat.

Enfin, si l’entreprise décide de s’équiper d’un défibrillateur, ne pas oublier que son entretien et sa vérification périodiques ainsi que la formation à son utilisation demeurent obligatoires dans le monde de l’entreprise.

Qu’est-ce qui distingue les DAE de Care System des autres marques ?

  • Il est compact et ultra léger (1,1 kg), facile à transporter.
  • Il est fiable et garanti 10 ans.
  • C’est un produit Européen.
  • Les batteries et les électrodes sont pré-combinées dans une seule et même cassette ce qui offre l’avantage de n’avoir à penser qu’à une seule date de péremption (tous les 4 ans).
  • Instructions vocales et visuelles. De nombreux DAE n’offrent pas d’instructions visuelles, ce qui peut poser problème dans un environnement bruyant.
  • Nos DAE disposent des meilleurs indices de protection à l’eau et à la poussière sur le marché (IP 56). Cela garantit une disponibilité immédiate de l’appareil à tout moment, même après une longue période sans intervention.
  • Une cassette de batterie et électrodes séparée est disponible pour les enfants de moins de 25 kg.
  • Aide à la réanimation grâce à un métronome.
  • Le défibrillateur Care System utilise la technologie l’onde biphasique SCOPE (Self Compensating Output Pulse Envelope): onde biphasique ascendante optimisée qui compense l’énergie, la pente et l’enveloppe de l’impédance du patient.

CONTACT

Pour nous contacter :

Tél : 01 43 77 16 23

E-mail : contact@care-system.fr

CARE SYSTEM

16, rue Séjourné – 94000 CRÉTEIL